1er mai, fête du retour à la vie

Le 1er mai a toujours été un jour de fête pour les écoliers fribourgeois et les jeunesses campagnardes qui vont chanter de porte à porte. Cette coutume plus que centenaire ne pourra pas avoir lieu cette année, principe de précaution oblige. La grande vague du Coronavirus est passée, mais nous devons trouver une nouvelle manière de vivre pour garder l’essentiel tout en évitant une récidive.

Ces quelques semaines ont été difficiles pour beaucoup. Le personnel au front (qu’on remercie) s’est fortement engagé, des personnes se sont retrouvées isolées, voire montrées du doigt, des solutions ont dû être trouvées pour cohabiter au domicile, le manque de liens sociaux s’est fait lourd, des entreprises et indépendants se sont trouvés en difficulté. Mais ce qui est réjouissant, c’est la capacité d’adaptation et les nombreuses initiatives solidaires qui ont vu le jour.

Pendant ce temps, les élus des exécutifs et législatifs (communaux, cantonaux et fédéraux) ont continué de s’engager. Merci à eux, à vous également. Si des solutions ont pu être trouvées pour éviter les catastrophes, nos députés ont également été actifs pour exiger des actions en vue d’un plan plus ambitieux pour l’avenir.

L’origine du 1er mai se trouve dans la fête du retour du printemps et du retour à la vie. C’est tout un symbole pour notre société qui doit repartir, mais différemment. Avec les débuts d’ouvertures, la vie démocratique va également pouvoir retrouver sa place, avec des enjeux toujours plus importants. Ce qui fait notre force, ce n’est pas ce que nous sommes, mais la manière dont nous savons nous relever, où chacun joue son rôle, jeune, actif ou retraité. Restons confiants, ensemble nous réussirons.

Veillez sur vous et portez-vous bien !

Christian Clément
Président du PDC Sarine-Campagne

Retour à la page précédente