Session du Grand Conseil novembre 2019

Le Grand Conseil a adopté le budget 2020 qui fait voir un bénéfice de CHF 400’000.-. Les revenus et les charges ont tous deux augmenté de 3,8%. Le montant net d’investissement s’élève à CHF 152 millions.

Lors des débats, le Grand Conseil a adopté un amendement qui augmente de CHF 600’000.- pour 5 postes supplémentaires au Service de l’enfance et de la jeunesse (SEJ), en plus des 3.8 postes déjà octroyés en 2019 et pour 2020 par le Conseil d’Etat, ceci afin de favoriser la prise en charge des enfants qui nécessitent une aide et un suivi important.

Un postulat dont Markus Bapst (PDC) est l’un des auteurs a été accepté. Il est relevé que la prise en charge psychiatrique des adolescents germanophones présente encore des lacunes. Une offre interne au canton et par l’accessibilité à l’offre extracantonale, via la planification hospitalière, sera mise en œuvre. Par ailleurs, une analyse des flux de jeunes patient-e-s fribourgeois-e-s souffrant de troubles du comportement alimentaire (TCA) vers les hôpitaux bernois (nombre, délais d’attente, etc.) est en cours. Elle permettra de déterminer si des conventions doivent être envisagées avec les établissements bernois.

Les élections protocolaires ont eu lieu le mercredi 20 novembre. Le député Jean-Pierre Doutaz (PDC) a été élu à la 2ème Vice-Présidence du Grand Conseil avec un excellent résultat de 85 voix sur 97. Madame Kirthana Wickramasingam (PS) a accédé à la Présidence, alors que Madame Anne-Claude Demierre présidera le Conseil d’Etat en 2020.

Le jeudi a débuté par la modification de la loi sur les impôts cantonaux directs et de la loi sur la santé. Une des modifications porte sur l’introduction de la déductibilité des frais de démolition en vue d’une construction de remplacement ainsi que sur la possibilité de reporter sur plusieurs périodes fiscales les frais d’investissement et de démolition destinés à économiser l’énergie.

Dans le but de mettre en œuvre la motion des députés Laurent Dietrich et Hubert Dafflon, tous deux (PDC), le montant de la déduction fiscale dont bénéficient les contribuables aux études ou en apprentissage jusqu’à l’âge de 25 ans révolus a été augmenté. Ceci fait suite à la proposition des JDC qui proposait ainsi de compenser l’impact de l’augmentation de la taxe universitaire. Le Projet de loi prévoyait de faire passer la déduction de CHF 2’000.- à CHF 2’700.-. La Commission a porté ce montant à CHF 3000.- ; en plenum, suite à l’amendement d’un autre groupe parlementaire, la déduction fiscale a été fixée à CHF 3600.-.  Si le groupe PDC a soutenu cette dernière proposition, il faut relever la manière inadéquate de certains pour s’approprier une bonne idée en faisant de la surenchère.

Une motion qui demandait d’agir afin d’enrayer le déclin de la biodiversité a été refusée. En effet, l’Etat fait déjà des efforts importants dans ce domaine et a prévu des actions, notamment l’élaboration d’une Stratégie cantonale pour la biodiversité qui devra permettre de « mettre en évidence non seulement les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité dans le canton, mais également les mesures et les outils nécessaires à son maintien, voire sa promotion à long terme ». Le groupe PDC a relevé que l’agriculture ne doit pas être seule à être mise en exergue, mais que les nombreuses autres causes doivent être aussi étudiées comme la construction, l’augmentation de la présence de l’humain dans chaque coin de la nature, l’écoulement des eaux de surface provenant des routes et des places, etc.

Deux postulats ont été acceptés en faveur de la biodiversité. Le premier, dont Markus Bapst (PDC) est l’un des auteurs, demande au Conseil d’Etat d’établir un état des lieux et de prévoir des mesures pour enrayer la disparition constante des espèces en Suisse et dans le canton de Fribourg. Le second postulat demande d’élaborer un rapport sur la situation actuelle des insectes dans le canton, de quantifier et de surveiller les populations et de proposer des mesures pour contrer et empêcher le déclin de ce groupe d’animaux. Il est important de relever la mauvaise connaissance de la pratique de l’agriculture suisse de la part de l’auteur de ce postulat membre du PVL qui a mentionné une récente étude du Sydney Institute of Agriculture pour illustrer ces propos inacceptables envers l’agriculture.

Nous pouvons terminer cette newsletter en félicitant Christine Bulliard-Marbach et Marie-France Roth Pasquier pour leur élection au Conseil national ainsi que Jean-Pierre Doutaz pour son élection à la2ème Vice-Présidence du Grand Conseil.

Christian Ducotterd, Chef de fraction Sarine 

Retour à la page précédente